Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Dictionnaire salutaire

Diconnaire salutaire

Accueil > K à T > R > RELATION D’AIDE

RELATION D’AIDE

L’aide relève de l’action du verbe transitif aider. Pour le Dictionnaire Électronique de Chrétien de Troyes, le verbe Aidier (vieux français) vient du latin adjutare. L’aide est une action facilitatrice et a pour objet l’accomplissement d’une chose, d’un projet. Elle peut être matérielle, physique, morale, spirituelle. La relation est un nom féminin emprunté au latin « relatio  » signifiant « action de rapporter un fait, un témoignage » et « lien, rapport". Pour le CNRTL, à partir de 1657, les relations se définissent comme un « lien entre des personnes ». En 1755 les relations deviennent sociales. Aujourd’hui, la relation d’aide est aussi un courant de la psychologie sociale. Elle est caractérisée par le non-jugement, l’empathie, l’écoute active, la non directivité, qui sont des caractéristiques exercées par Jésus lors de son ministère.

Le non-jugement Démarche intellectuelle qui induit la non expression d’opinions forgées sur des valeurs personnelles dominantes. Cette attitude favorise un climat de confiance. Elle réduit la crainte naturelle d’être jugé par une personne représentante de l’autorité, voir Jean 8:1-11 : Les pharisiens placèrent la femme adultère et dirent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu ? Ils disaient cela pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol. Comme ils continuaient à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. » Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol. Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu’aux derniers ; Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. Alors il se redressa et, ne voyant plus qu’elle, il lui dit : « Femme, où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a donc condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas ; vas et désormais ne pèche plus. »

L’empathie : Bien que le mot ne figure pas explicitement dans la Bible, il est un fait qu’au nombre des rencontres avec les hommes, Jésus a manifesté de l’empathie, voir Jean 11:33 : Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému...). Jésus eut bien des occasions d’exercer son humanité avec empathie, c’est à dire avec la capacité de se mettre à la place de l’autre et de ressentir des sentiments identiques tout en gardant une distance émotionnelle . Jésus est aussi décrit comme Fils de l’homme, voir Matthieu 9:6 : Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés

L’écoute active : Ce type d’écoute implique un silence intérieur, ce qui exclut un questionnement immédiat, comme le fait d’émettre ses propres idées, d’interpréter à partir de ses propres valeurs, de ne pas interrompre le flot de paroles de la personne présente. Cette écoute est bienveillante. Elle favorise l’expression de l’autre, l’émergence de son dialogue intérieur, de son ressenti, voir Matthieu 13:1-9 : Ce même jour, Jésus sortit de la maison, et s’assit au bord de la mer. Une grande foule s’étant assemblée auprès de lui, il monta dans une barque, et il s’assit. Toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur parla en paraboles sur beaucoup de choses, et il dit : Un semeur sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent. Une autre partie tomba dans les endroits pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre : elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond ; mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l’étouffèrent. Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

La non directivité : Attitude relationnelle de confiance où la personne écoutée exprimera d’elle même sa souffrance. La flexibilité de cette attitude permet d’atteindre la personne dans son for intérieur, voir Luc 19:1-10 Jésus, étant entré dans Jéricho, traversait la ville. Et voici, un homme riche, appelé Zachée, chef des publicains, cherchait à voir qui était Jésus ; mais il ne pouvait y parvenir, à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut en avant, et monta sur un sycomore pour le voir, parce qu’il devait passer par là. Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : Zachée, hâte-toi de descendre ; car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison. Zachée se hâta de descendre, et le reçut avec joie. Voyant cela, tous murmuraient, et disaient : Il est allé loger chez un homme pécheur. Mais Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit : Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et, si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple. Jésus lui dit : Le salut est entré aujourd’hui dans cette maison, parce que celui-ci est aussi un fils d’Abraham ; Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu..

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Soutenir par un don