Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Dictionnaire salutaire

Diconnaire salutaire

Accueil > K à T > M > MIRACLE

MIRACLE

Subst. Masc. Prodige. En hébreu môphet, en grec teras, du latin, mirai, s’étonner. Il y a miracle quand le cours naturel des choses est changé. La guérison d’une maladie ou d’une infirmité permanente est considérée comme un miracle, un défi aux lois naturelles. Si on compile les attestations de miracles ou de gestes merveilleux dans la Bible, on remarque qu’ils n’apparaissent plus nombreux dans les récits relatifs à l’Exode de l’Égypte et à la conquête de la terre promise. Aussi, dans les traditions entourant Élie et Élisée qui ont restauré l’alliance mosaïque Les gens de la Bible reconnaissent la signature de Dieu dans la création et le déroulement de l’histoire. L’univers leur apparaît comme une merveille et un signe de la majesté de Dieu. Il en est de même pour les interventions de Dieu dans l’histoire de son peuple. La quantité de miracles indique jusqu’à quel point certains prodiges ou certaines merveilles sont retenues pour leur valeur de signes de l’efficacité du salut.
Les prodiges qui accompagnent l’Exode ou la conquête sont considérés comme des exploits et des hauts faits de Dieu, comme par exemple les plaies d’Égypte.

† Dans le NT, les évangiles racontent des miracles accomplis par Jésus. Dans les récits , on notera l’exclusion de tout sensationnalisme qui ferait croire à de la magie. Les récits se distinguent par une sobriété désarmante (et bienveillante) qui laisse toute la place à la valeur de signe de l’efficacité du salut que les chrétiens y ont découvert. Par exemple, la guérison du paralytique est le geste par lequel Jésus annonce le pardon des péchés et la réconciliation du pécheur croyant, voir Marc 2:5,12 : […] Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. Il y avait là quelques scribes, qui étaient assis, et qui se disaient au dedans d`eux : Comment cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n`est Dieu seul ? Jésus, ayant aussitôt connu par son esprit ce qu`ils pensaient au dedans d`eux, leur dit : Pourquoi avez-vous de telles pensées dans vos coeurs ? Lequel est le plus aisé, de dire au paralytique : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, prends ton lit, et marche ? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l`homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Je te l`ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison. Et, à l`instant, il se leva, prit son lit, et sortit en présence de tout le monde, de sorte qu`ils étaient tous dans l`étonnement et glorifiaient Dieu, disant : Nous n`avons jamais rien vu de pareil […].

Sans le miracle, cette réalité du salut serait passée inaperçue pour beaucoup de gens. Les Évangiles montrent aussi que les miracles accomplis par Jésus sont le signe que Dieu agit par lui, ou que Jésus ne pourrait agir s’il n’était pas en communion avec Dieu. Ils indiquent aussi que la guérison n’est pas un geste magique et automatique. La guérison n’est rendue possible que par la reconnaissance de la foi. Seule la foi conduit les gens à la rencontre de Jésus pour accueillir en lui la source du salut. Jésus invite toujours les personnes qu’il a guéries à poursuivre leur vie sur la lancée de leur foi naissante.

Répondre à cet article

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Soutenir par un don